Fragilissime

assemblage.jpg

Cet ensemble est un polyptyque, constitué de 10 éléments de dimension 27x19 cm.
Technique de peinture à l’œuf avec pigment et coquilles d’œuf sur toile.

La nature très fragile de ces peintures, par l‘utilisation d’une coquille d’œuf collée sur la toile, est le sujet principal de cette œuvre.
Le sujet, c’est la fragilité.
Le sujet c’est l’attention qu’on porte à la manipulation de ces peintures.
Le sujet c’est le risque, le risque de casser, de détruire, de perdre. Le risque est présent dans l’œuvre vivante de tout artiste.

La fragilité est montrée ici comme un moyen d’accéder au monde subtile. Ce monde non dit, non écrit et non peint.
La fragilité comme force d’opposition à cette violence distillée quotidiennement autour de nous.
La fragilité qu’exècrent les tyrans, et qui leur fait peur.
La fragilité c’est l’art.
L’art qu’exècrent les tyrans, et qui leur fait peur.
La fragilité sait qu’elle existe pour se métamorphoser, pour changer de corps.

L’utilisation des coquilles d’œuf, est aussi en relation avec les peintures précédentes, la série “méta“avec ces formes ovales cellulaires, qui apparaissent à partie de 2010. La notion de “métamorphose“ est un lien qui unit toute ces séries consécutives, entre les périodes minérale vers 1995, puis végétale, organique, cellulaire et récemment la série des “anges“ . Et la coquille d’œuf est un beau symbole de cette métamorphose.

Aussi l’utilisation des coquilles d’œuf est en opposition avec l’utilisation de pierres meulières fixées sur certaines peintures à partir de 2020. Ces pierres présentent, de part leur poids et leur nature rugueuse, un contrepoids expressif, un contrepoids vis à vis de la peinture elle même, et une opposition à cette série “fragilissime“.